« My name is Bond, James Bond » : c’est en déclinant son identité que Sean Connery est entré dans la légende du cinéma.

Curieuse coïncidence : alors que le monde entier attend depuis plusieurs mois la sortie du dernier James Bond, Mourir peut attendre, il apprend la mort de Sean Connery, premier interprète au grand écran de l’agent secret sorti de l’imagination de Ian Fleming.

Si Sean Connery a interprété ce personnage sept fois à l’écran, il serait dommage de réduire sa carrière d’acteur à 007.

Né en écosse en 1930, a tourné avec de grands cinéastes. Si nous ne devions retenir que trois films :

L’Homme qui voulut être roi de John Huston d’après l’œuvre de Kipling où il joue le rôle d’un mégalomane désirant asservir un peuple d’une contrée lointaine ;

The Offence de Sidney Lumet, longtemps inédit en France pour l’audace formelle de certaines scènes et pour un sujet très controversé (assassinat d’enfants)

Pas de printemps pour Marnie, le dernier grand film de Hitchcock, où il incarne un riche homme d’affaire séduit par une jeune femme kleptomane et frigide, ce qui fera dire au réalisateur « ce qui m’intéresse, ce n’est pas le personnage féminin mais le personnage masculin, qui, pour tomber amoureux d’une telle femme doit être assez névrosé ».

 

OPAC Sélection de notices