MICHÈLE MORGAN,ÉTERNELLE
MERCREDI 11 DÉCEMBRE
• 20H CONFÉRENCE
• PALAIS DE LA MÉDIATHÈQUE

Michèle Morgan nous a quittés le 20 décembre 2016.

Puteaux garde un souvenir particulier de cette grande actrice dont la ville avait organisé une grande exposition en 2012 avec sa collaboration. Photos, documents d’archives, objets de tournage, costumes avaient emplis les Salons d’Honneur pour rendre hommage à son talent et à sa beauté.Éric Mallet, votre spécialiste du cinéma revient sur sa carrière exemplaire.

Symbole d’un idéal de beauté à la française, Michèle Morgan est l’une des actrices les plus glorifiées de son vivant. Honorée, récompensée, décorée, « les plus beaux yeux du 7e art », comme on l’aime l’appeler, a bouleversé l’histoire du cinéma.

Michèle Morgan débute sa grande histoire d’amour avec le cinéma grâce à sa rencontre avec le réalisateur Marc Allegret qui la recommandera à son ami Marcel Carné. Découvreurs de talents, ces jeunes réalisateurs cherchent un nouveau visage avec une personnalité charismatique qui représente les évolutions de la société. Ce sera Michèle Morgan. Du haut de ses 18 ans, cette jeune première ne se sent pas dévorée par ses monstres du cinéma. Au contraire, elle profite de leur lumière pour mieux se révéler. Son premier grand rôle, celui de Nelly dans Le Quai des Brumes, marque les esprits qui lui prédisent un avenir prestigieux. Dès sa sortie en 1939, le film fait polémique par son ton résolument moderne et laisse présager qu’il deviendra un monument du cinéma français. La jeune Michèle Morgan ne sait pas encore que la réplique de son partenaire Jean Gabin, « T’as de beaux yeux tu sais... » génèrerait autant d’émotions auprès du grand public. Et pourtant, ces quelques mots murmurés à la belle feront le tour du monde et traverseront les époques sans jamais rien perdre de leur éclat...

Avec la jeune actrice naît une autre façon de jouer, plus profonde, qui s’accorde avec une réalisation minutieuse et une mise en scène rigoureuse. Muse du réalisme poétique, Michèle Morgan porte à travers son jeu introspectif l’évolution du cinéma et véhicule avec elle une certaine élégance française qui traversera l’Atlantique. Les studios américains se l’approprieront et elle jouera aux côtés d’Humphrey Bogart dans Passage to Marseille de Michael Curtiz en 1944, pendant son exil américain lors de la Seconde Guerre mondiale.

Son retour en France est triomphant. Jean Delannoy lui offre le rôle de Gertrude dans l’adaptation du livre d’André Gide La symphonie pastorale qui lui vaut la première palme d’interprétation féminine lors du tout nouveau festival de Cannes en 1946. Les récompenses suivront chaque année pour récompenser son jeu si particulier qui inspire les cinéastes comme Sacha Guitry, Robert Hossein, Henri Verneuil, Claude Chabrol ou Claude Lelouch pour ne citer qu’eux. Jean Marais, Louis Jouvet, Gérard Philippe, Bourvil, Serge Reggiani, Philippe Léotard, Michel Piccoli, Anthony Queen, Alain Delon lui donneront la réplique à travers la soixantaine de films qu’elle jouera dans sa carrière.

De films en films, l’actrice devient une référence pour des rôles difficiles et profonds de femmes blessées par la vie mais elle devient aussi le symbole de la femme moderne, une femme indépendante et libre qui possède sa propre histoire. Michèle Morgan pose les bases du cinéma moderne et développe, à travers elle, le glamour de cet univers qui fascine toujours les foules.

Détails des prochaines sessions

Aucune prochaine date