Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Critique Littéraire jeunesse 2013 / 2014 : les lauréats - Médiathèque de Puteaux

Mediathèques 3 sites à votre service

Pour sa 10e édition, le Prix de la Critique jeunesse proposait aux participants de s'adresser directement aux auteurs sous forme de lettre.
Découvrez les critiques primées cette année :

________________________________________

 

Niveau 6e / 5e :

 

 

Juliette Bérard, sur Encore heureux qu'il ait fait beau de Florence Thinard 

 

Introduction : Je vais faire un petit résumé du livre, ensuite dire ce qui m'a plu et ce qui m'a moins plus, puis dire à quel public pourrait plaire ce livre et enfin conclure.

 

Chère Florence Thinard,

 

Je viens de finir votre livre : « Encore heureux qu'il ait fait beau » qui raconte les aventures d'élèves et de professeurs qui se retrouvent au milieu de l'océan dans la bibliothèque Jacques-Prévert. Ils devront s'organiser pour survivre en attendant les secours.

 

J'ai apprécié la lecture de ce livre car il y avait beaucoup de dialogues qui rendaient l'histoire « vivante » mais il y avait aussi le narrateur qui nous expliquait ce qui se passait. Ces deux éléments nous font vivre cette aventure, font apparaître les émotions des personnages, nous font ressentir un suspens qui nous donne envie de connaître la suite et, avec ceci, on va se mettre à leur place. Par exemple : s'ils ressentent la peur, le lecteur va la ressentir. Je trouve que le résumé présente très bien l'histoire et donne envie de comprendre comment ils sont arrivés là. L'illustration est très jolie et résume bien leur situation. J'ai bien aimé aussi l'organisation, cela m'a fait penser à une société : avec un chef qui dirige (le directeur) et les membres du groupes (élèves, adultes), mais il y aussi des profiteurs : Habib et Turgut qui volent les verres d'eau de Kévin et qui le menacent de le frapper s'il le dit à quelqu'un (page 136). J'ai trouvé que votre idée de mettre les histoires des « Mille et Une Nuits » dans le livre était très bien car cela pourrait nous donner envie de les lire.

 

J'ai beaucoup aimé le livre de bord où tout le monde pouvait écrire son ressenti sur leur « aventure ». L'histoire et l'illustration m'ont fait penser aux histoires de « La prophétie des grenouilles » et « L'arche de Noé » (d'où mon sous-titre : « L'arche de Noé réinventé »). Grâce à la fin ouverte, on peut facilement imaginer la suite de leurs « aventures ».

 

Par contre, ce que j'ai moins aimé, c'est le titre qui - je pense - ne va pas très bien avec l'histoire du livre car on se rend compte qu'il a fait beau mais il faisait trop chaud et qu'il a plu... beaucoup. Ce titre fait penser à des vacances plutôt qu'à une histoire de naufragés. Je l'aurais sûrement appelé : « Terre en vue ? », car ils cherchent la terre ferme. J'aurais bien aimé avoir plus de détails sur la façon dont ils sont arrivés sur l'océan et avoir quelques lignes sur les personnages qui ne se sont pas retrouvés en mer, par exemple : les parents des enfants ou le fils de Mme Pérez.

 

Merci pour ce livre,

Bien à vous,

 

J. B.

 ________________________________________ 

 

 

Héloïse Valet de Jonquières, sur Le Monde de Milo de Marazano et Ferreira

 

Chers auteur et illustrateur,

 

Je m'appelle Héloïse, j'ai dix ans. Je suis heureuse de participer à ce jury littéraire ; cela m'a permis de découvrir un nouvel univers de bandes dessinées. En effet, j'ai plus l'habitude de lire des bandes dessinées de filles comme les Sisters et Mistinguette...

 

Dans un premier temps, j'ai apprécié la couverture qui m'a rappelé l'univers du cinéaste japonais Hayao Miyazaki. J'ai trouvé aussi que les expressions des visages étaient très expressives. Je regrette seulement que les paysages soient sombres sauf lorsque le poisson d'or est présent ; il illumine les planches. Les personnages maléfiques (hommes ou bêtes) sont très bien dessinés, ils évoquent le mal. Le personnage de Mindi est, selon moi, le plus réussi à cause de l'utilisation de couleurs vives et je la trouve rigolote en raison de son nez bleu.

 

La mise en place de l'histoire est assez longue, le début ne m'a pas passionnée. Il a fallu attendre l'arrivée du poisson d'or dans le récit pour que je commence à être absorbée par l'histoire. Je ne m'attendais pas à ce que les vieilles tantes connaissent le monde de l'autre côté du lac. Le moment que j'ai préféré est celui où le poisson d'or sauve Milo et Valia.

 

Je vais surement lire le tome 2, pour connaître la fin de cette histoire captivante et fantastique.

____________________________________

 

Niveau 4e / 2nd

 

Sarah Kaiser, sur Itawapa de Xavier-Laurent Petit

 

Cher Monsieur Petit, sachez que j'ai adoré votre livre. Ce roman plein d'aventures nous fait voyager. Durant ma lecture, je croyais être un personnage de l'histoire, j'avais l'impression d'être à Itawapa avec les personnages, j'étais plongée dans cet univers sauvage et mystérieux que nous offre Itawapa. Dans votre livre, il y a aussi une part d'écologie. Vous dénoncez ce que les hommes sont capables de faire pour de l'argent. Dans ce cas-là, ils ne détruisent pas qu'une simple forêt, c'est une culture qu'ils achèvent. C'est une situation très réelle !

 

Les chapitres sont courts, ce qui est agréable et l'histoire est passionnante.

 

Au début du livre, vous évoquez certaines horreurs commises par les hommes en 1974. Selon moi, cela nuit à l'intrigue lorsque « le Vieux » tente d'avouer les erreurs que lui-même a commises à cette époque. Ce qui est dommage, c'est que nous devinons tout de suite de quoi il est question.

 

Tout au long de la disparition de « l'India », je m'attendais à quelque chose de plus mystérieux, une histoire plus profonde. Lors de la réapparition de celle-ci qui était « banalement » restée auprès d'Ultimo, j'ai ressenti l'effet d'une chute un peu trop directe. En revanche, la fin était un vrai « coup de théâtre » ! Je n'avais pas fait le lien entre la survie d'une petite indienne en 1974 et « l'India ». La mort du Vieux m'a attristée mais j'ai beaucoup aimé la réplique de Talia qui disait que malgré tout, le Vieux restera son grand-père.

J'ai été surprise par la précision de la description des ambiances, de la personnalité des personnages dont seuls ceux qui sont allés au Brésil pourront reconnaître. La forêt amazonienne est décrite et ressentie comme ce qu'elle est, un écosystème grouillant et terrifiant dans lequel les hommes n'ont leur place que s'ils se fondent intimement avec la nature. C'est un lieu d'émotions, de peurs, de solitude et de vie intense. Le rapport que chacun des personnages entretient avec elle est riche et émouvant.

 

Talia est un personnage attachant, courageux et déterminé, c'est à elle que l'on doit l'histoire.

 

Il y a une petite part de philosophie dans votre roman car « l'India » est à la recherche de ses origines tout au long de ce récit ; au fond, on ne peut pas être qui nous sommes si on ne sait pas d'où l'on vient. Grâce à ce personnage, vous avez démontré que la curiosité n'est pas un défaut mais plutôt une preuve d'obstination.

 

Grâce à vous, je connais quelques mots d'Indien ! C'est une très bonne idée de mettre des phrases écrites avec une langue étrangère !

 

Moi qui ai perdu l'habitude de lire, vous m'avez redonné l'envie de le faire et pour ça je vous remercie !

 

 ________________________________________
  

Sirine Bouchadja, sur Plus tard je serai moi de Martin Page

 

Je trouve que l'illustration sur la page de couverture, étant une photographie, nous rappelle le côté artistique du livre et nous transporte directement dans l'ambiance. Le titre est très bien choisi, c'est une phrase affirmée qui porte tout son sens. Donc, selon moi, la page de couverture du livre nous donne envie de lire son contenu.

 

J'ai apprécié le fait qu'il y ait une handicapée et que vous l'ayez représentée comme une personne énergique qui ne se plaint pas et avance de l'avant. C'est beaucoup mieux que toutes ces représentations fausses d'handicapés mal dans leur peau.

 

J'ai beaucoup aimé que, au grand contraire des parents ordinaires qui, comme vous le dites, souhaitent que leurs enfants deviennent avocats, médecins etc., ceux de Séléna veulent qu'elle soit artiste. Ça crée un décalage inattendu et tellement pas commun. Leur insistance peut paraître lourde mais, au contraire, ça rajoute une touche d'humour à votre livre, j'ai trouvé ça amusant, j'en ai même ri.

 

Je me suis identifiée à Séléna car c'est une collégienne qui se cherche, cherche un style, un projet professionnel, elle construit son avenir comme nous, les ados.

 

J'ai aimé que vous traitiez le sujet de l'adolescence et de la relation aux parents de cette manière. Vous avez essayé de parler d'un sujet très important et qui nous concerne directement nous, les ados : l'orientation professionnelle. Vous en avez parlé différemment, avec humour et délicatesse. En fait, vous avez fait d'un sujet très sérieux le sujet drôle du livre. J'ai été surprise qu'en peu de pages et avec un livre assez court, vous ayez réussi à donner autant d'informations et que vous parliez avec tant d'originalité d'un sujet aussi classique, presque banal, puisque cela arrive à tous les ados.

 

S'il y a une chose que je n'ai pas aimée, c'est la fin qui est un peu brutale à mon goût, voir même disproportionnée ! Au final, on ne connait même pas le choix de Séléna et c'est vraiment dommage. Donc, cela serait super si vous écriviez une suite de l'histoire.

 

L'histoire est très claire et je pense avoir compris ou vous vouliez nous emmener avec cette histoire.

 

Si j'ai fait autant de compliments de ce livre, c'est que je l'ai vraiment aimé : tous mes compliments sont honnêtes et sincères !

 

Bravo pour votre livre !!!

____________________________________

 

Marine Authier, sur Fairy Quest.01 : Les Hors-la-loi de Paul Jenkins et Mario Humberto

 

Je vous écris ces quelques lignes suite à la lecture de votre bande dessinée « FairyQuest » (Tom n°1) pour vous faire part de ma pensée. J'ai d'abord pensé ne pas aimer puisque les bandes dessinées ne sont pas mon style de registre préféré. Mais j'ai été agréablement surpris en découvrant l'intérieur de ce chef-d'œuvre.

 

J'ai adoré le commencement de l'histoire avec la mère qui lit un conte à son enfant comme presque toutes les mères l'ont fait un jour. Le conte du petit Chaperon Rouge étant tellement connu que tous les lecteurs ont dû s'attendre à voir la petite fille mangée alors que sa complicité avec le loup apparait et nous surprend. La mise en scène de l'aventure m'a énormément plue et le déroulement des événements est très précis.

 

Il y a eu la secte avec Cendre Mon qui m'a beaucoup plue ainsi que le passage où le petit Chaperon Rouge et monsieur Le Loup tombe sur Pan. On remarque quelques détails du conte original comme son nom (Pan) ou la fée qui l'accompagne (Tinn-Tamm) qui a le même caractère que la fée Clochette... Il parle également de Wendy la jeune fille qui venait du Vrai-Monde mais la disant moins belle que « Chap.' ». J'ai aussi rigolé quand je suis tombée sur « Hans & Greta » qui abusent de la sorcière et la maltraite. Pour finir ces points positifs, le nom de « variant » m'a énormément plu puisque pour moi c'était une manière d'expliquer que tout le monde a le droit à la parole !

 

En revanche, je ne savais pas quoi penser du rôle de « Grimm » dans l'histoire... Tout de suite, on pense à cet auteur qui a su mettre en œuvre de merveilleux contes, mais qui dans ce récit devient le principal méchant de l'histoire et apporte le malheur au village. Etait-il vraiment utile de le réduire au rôle de méchant ? Je ne pense pas. Un autre point m'a dérangé, le passe où on retrouve « Cendre » complétement momifiée m'a rappelé que jadis, on électrifiait les gens et seulement deux marques restaient sur le visage des victimes, comme on a pu voir sur son visage page 41. Est-ce que cela était fait exprès ? Je n'en sais rien.

Je n'ai pas encore parlé des surprenants dessins qui illustraient la bande dessinée. J'ai trouvé qu'elles étaient bien faites jusque dans les détails. Les différentes scènes de pluie m'ont beaucoup plues et les images un peu plus sombres, comme avec le Capitaine, étaient les plus impressionnantes et nous glissaient dans un monde de terreur. Les bulles rouges et noires rendent encore plus sanglantes les paroles du Capitaine. Le fond de la page noircit davantage l'histoire et le rendu général.

 

Pour finir et conclure cette dernière critique, j'aimerai ajouter que j'ai hâte de lire les tomes suivants et de poursuivre cette aventure que je qualifierais de fantastique. Cette bande dessinée a été la meilleure que j'ai eu l'occasion de lire et je suis heureuse de l'avoir découverte. Je vous souhaite une excellente continuation.

 

Cordialement,

 

M. A.